logotype de la bibliothèque Sainte-Geneviève

Bibliothèque virtuelle Henri Labrouste

Aide

Comment utiliser l’Index nominum?

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | V | W

Dalvigne

Sic pour François Lavigne, sculpteur ornemaniste attesté sur les chantiers du Louvre et du ministère des Affaires étrangères (Isselin) ? Ou Hubert Lavigne (1818-1881), rue Vanneau 10 (Bellier 1861)  ? Mentionnons aussi Lavigne, rue Saint-Sauveur 47 (Annuaire 1845-1846, "Liste des sculpteurs-statuaires", p. 335).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 138 verso.

Daly, César Denis (1811-1893)

https://www.idref.fr/026810034

Architecte formé aux Beaux-arts par Duban ; architecte du gouvernement, architecte diocésain d’Albi ; membre de la commission des arts et édifices religieux (1848) et de la Société centrale des architectes ; fondateur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics (1840), puis de la Semaine des constructeurs (Bellier 1882 ; DBF ; RAD). Membre de l’Académie des beaux-arts de Stockholm, directeur et rédacteur de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics, rue de Furstemberg 6 (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 313). Place Saint-Michel 8 (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 114.

Danjoy, Jean Charles Léon (1806-1862)

https://www.idref.fr/079011357

Architecte, élève aux Beaux-arts de Huyot ; attaché à la Commission des Monuments historiques dès 1840 ; chargé d’une étude sur les églises normandes, restaurateur du château de Falaise, de l’église Saint-Pierre de Lisieux (1840-1860), du château de Saint-Sauveur-le-Vicomte ainsi que de nombreux édifices de Normandie ; architecte diocésain de Meaux (1843), puis Coutances (1847) et Bordeaux (1853), enfin Metz (Bellier 1882 ; DBF ; RAD ; AUTOR : base biographique de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine). Rue de Seine Saint-Germain 55 (Sageret 1841, p. 7) ; rue Taranne 10 (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 313).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 144 verso.

Darié

Chef de bureau à la division des Travaux d’architecture de la préfecture de la Seine (Sageret 1841, p. 282). Cinquième division, deuxième bureau : M. Darié, chef, rue de Crussol 21 ; construction, grosses réparations et entretien de l’Hôtel-de-Ville, des églises, temples, presbytères et édifices diocésains, des prisons de la Seine, des collèges royaux, de la Bourse, des mairies, des casernes de la garde municipale, de la gendarmerie départementale, des sapeurs-pompiers ; corps de garde, halles et marchés, places et promenades publiques ; greniers de réserves, cimetières, barrières, murs d’enceinte, etc. ; chemins de ronde, abattoirs, travaux des Champs-Élysées, les carrières, etc. Le personnel des architectes et des autres agents attachés à ces divers établissements (Almanach 1843, p. 839) ; auxquels s’ajoutent direction des fonds attachés à ces dépenses (Almanach 1844, p. 843) puis rapports avec la Commission d’architecture ; carrières sous Paris ; surveillance des carrières dans l’étendue du département (Almanach 1846, p. 867). Quatrième bureau, Travaux d’architecture et des carrières : M. Darié, chef, rue du Colysée 54 (Almanach 1848-1850, p. 821). Chef du bureau des travaux de la Ville de Paris (Eugène Péclet, Nouveaux documents relatifs au chauffage et à la ventilation des établissements publics, Paris, Hachette, 1853).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 179.

Debleds

Locataire de la maison à démolir au 3, rue des Cholets. Ce nom apparaît dans le voisinage sous les rubriques Fonteniers et Marbriers : Debleds, rue des Fossés-Saint-Jacques 9 (Cambon 1841, p. 562 et 631).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 28 verso, 34, 40.

Decany

Autre(s) forme(s) du nom : Decagny

Entrepreneur de peinture.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 136 verso, 140 verso, 152, 167, 172, 177, 184, 184 verso, 186.

Deglane, Jean Baptiste Hector (1806-1876)

Autre(s) forme(s) du nom : Degraine, Deglaine

Entré en 1838 comme surveillant à la Bibliothèque Sainte-Geneviève où il restera jusqu’à sa mort ; nommé « employé » en 1855 (Archives BSG).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 188.

Delafontaine

Sculpteur ornemaniste ; collaborateur de Duban à Dampierre, à Blois puis au Louvre (Duban ; Isselin). Delafontaine, sculpture d’ornement, rue d’Enfer 28 et au Luxembourg et rue d’Enfer 28 (Annuaire 1845-1846, "Liste des Sculpteurs-statuaires", p. 334 ; "Liste des Ornementistes-sculpteurs", p. 337. « Rue Saint-Dominique-Saint-Germain, 23 (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 96, 98, 124, 124 verso, 173 verso.

Delessert, Gabriel (1786-1858)

https://www.idref.fr/145591115

Banquier et homme politique, conseiller d’État ; colonel d’état-major de la Garde nationale (1830), général de brigade (1831) ; préfet de l’Aude puis d’Eure-et-Loir (1834-1836), puis préfet de police à Paris (1836-1848) (Dezobry ; DBF).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 112.

Demargne, Alexis (?-1845)

Autre(s) forme(s) du nom : Démarne

Garçon maçon, neveu de Maréchal. Sageret 1841, p. 96 signale deux maçons portant ce nom : Demarne fils, rue Saint-Éloi 8 et Demarne, rue des Grès 9. À ce dernier Cambon ajoute Demarne, maçon, rue Sainte-Foix 8 (Cambon 1841, p. 159).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 60 verso.

Denis, Ferdinand Jean (1798-1890)

https://www.idref.fr/026824256

Voyageur et littérateur, spécialiste du Brésil. Entré à la Bibliothèque Sainte-Geneviève comme « quatrième employé » en 1838 ; nommé bibliothécaire (1839) puis conservateur (1841) ; administrateur en 1865, en remplacement de Frédéric de Brotonne (Archives BSG ; DBF). « Quatrième employé » en janvier 1838, conservateur en janvier 1841 : nommé en remplacement de M. Robert, décédé (Bougy 1847).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 185.

Denuelle, Alexandre Dominique (1818-1880)

Peintre décorateur et architecte, élève de Duban ; auteur du décor de nombreux monuments parisiens (notamment le chœur de Saint-Germain-des-Prés en 1848 et une part du palais du Louvre en 1857-1858)  ; attaché comme peintre à la Commission des monuments historiques de 1844 à 1878 (Bellier 1882 ; Vapereau 1880 ; Bauchal ; DBF ; Isselin). Peintre, entrepreneur des bâtiments de la Couronne, Cité d’Orléans 2 (Sageret 1841, p. 152 et 224). Boulevard Saint-Denis 18 (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 273). Rue du Bac 108 (Bellier 1861). Denuelle D., porcelainier, boulevard St-Denis 18 (Cambon 1841, p. 160).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 167 verso.

Dépôt des marbres

M. de Thury, qui avait formé pour lui-même une collection très curieuse [de marbres] maintenant acquise pour l’École impériale des Mines, avait en outre fondé, comme directeur des travaux de Paris, un établissement de la plus haute utilité : le Dépôt des marbres du Gouvernement. Il y avait particulièrement fait commencer une galerie d’échantillons des marbres français. Des changements apportés aux dispositions de cet établissement ont fait suspendre la continuation de cette collection. (Exposition 1851, VII, p. 85). Voir Cygnes (île des).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 26, 26 verso, 32, 83, 92, 101, 172 verso, 184 verso.

Desachy, Alexandre

Mouleur, praticien de l’École des beaux-arts ; collaborateur de Duban (1848-1849) puis de Visconti au Louvre (Duban ; Isselin). Rue de Seine 8 (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 149.

Desgoffe, Alexandre (1805-1882)

https://www.idref.fr/034800212

Peintre d’histoire et de paysages, élève de Watelet et Rémond puis d’Ingres ; l’un des premiers membres du groupe de Barbizon ; outre une œuvre de chevalet, il orna de peintures décoratives diverses églises et monuments parisiens, dont certaines salles de l’ancien Hôtel de Ville, le vestibule de la bibliothèque Sainte-Geneviève et la salle de lecture de la Bibliothèque impériale (Bellier 1882 ; DBF ; Bénézit). Quai Conti 27 (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 273). À l’Institut quai de Conti et r. Gît-le-Cœur 10  (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 176, 178, 179, 179 verso, 180, 180 verso, 182, 182 verso, 183 verso, 185 verso, 186 verso, 187 verso, 188.

Desprez, Louis (1799-1870)

Sculpteur formé aux Beaux-arts, élève du baron Bosio, prix de Rome (1826) (Bellier 1882 ; Lami, t. 6, p.182-187 ; Dezobry ; Bénézit ; DBF ; base Arcade)  ; actif sur le chantier du Louvre, 1854-1857 (Isselin). Després, statuaire, rue du Regard 26 (Cambon 1841, p. 164) ; Rue du Cherche-Midi 34 (Sageret 1841, p. 179) ; Rue de Vaugirard 92 bis (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 273 ; "liste des Sculpteurs-statuaires", p. 334). Rue de Rennes 15 (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 135, 137, 138 verso, 144 verso.

Cité(e) dans les notes de l'édition du Journal des travaux au(x) folio(s) : 135.

Dessalle

Collaborateur de Joseph Morisot pour les Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment, suivant leurs genres différents et chacune de leurs espèces (1820-1824) ; auteur d’un Mémoire à consulter sur les travaux de bâtiment, adressé au Directeur des travaux de Paris le 28 décembre 1828 (Arch. Nat., F/13/952). Vérificateur des travaux publics, répétiteur honoraire à l’École des Beaux-Arts, professeur d’évaluation des ouvrages de bâtiments, rue de Vaugirard 31 (Sageret 1841, p. 210). Préfecture du département de la Seine, Bureau de vérification et de règlement. Ce bureau est chargé de vérifier tous les travaux d’architecture exécutés par adjudication ou sur soumission, et ceux faits par économie, ainsi que les factures de toutes les fournitures faites aux établissements départementaux et communaux ; de régler les prix portés auxdits mémoires et factures par les entrepreneurs ou fournisseurs. [...] Commissaire-vérificateur, service extraordinaire : M. Dessale, rue de Seine-Saint-Germain no 37 (Almanach 1843, p. 827) ; rue de Vaugirard 37 (Almanach 1846, p. 872) ; rue de Vaugirard 31 (Almanach 1852, p. 877). Vérificateur en bâtiment 31 rue de Vaugirard (BSG ms. 3915, p. 16).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 6 verso, 7, 27, 42, 44, 52 verso, 54 verso, 58, 68, 76 verso, 80, 84, 84 verso, 88, 88 verso, 98 verso, 123, 126 verso, 131 verso, 134.

Deutsch, Johann

Graveur en lettres rue Saint-André de Charonne 14 bis (BSG ms. 4273 (32)).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 182 verso, 186 verso.

Cité(e) dans les notes de l'édition du Journal des travaux au(x) folio(s) : 132.

Donaldson, Thomas Leverton (1795-1885)

https://www.idref.fr/074636650

Architecte et archéologue anglais, spécialiste de la polychromie des temples grecs ; élève de son père James Donaldson puis des Royal Academy Schools (médaille d’argent en 1817), il réalisa notamment la Bourse de Londres (1841) ; premier professeur d’architecture au University College de Londres (1842-1865) ; président du Royal Institute of British Architects (1863-1865) dont il avait été co-fondateur ; membre correspondant de l’Académie des beaux-arts  (Brault ; Vapereau 1880 ; Plouin ; DSA).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 141, 141 verso.

Dubief, Alfred (1829-?)

Ancien barbiste. Entrepreneur de maçonnerie. Rue des Grands-Augustins 16 ; ou Dubief jeune, rue Saint-André-des-Arts 55 (Sageret 1841, p. 96).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 29, 40, 48 verso.

Dubief, Gustave (1827-1896)

Ancien barbiste. Entrepreneur de charpente, rue de Buffon 15 (Sageret 1841, p. 44), même entreprise peut-être que celle installée plus tard au 61 de la même rue (« Le Paris pittoresque » d’après Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, par Charles Lefeuve, paru en 1875).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 4 verso, 49, 102, 108, 109, 111, 112.

Dubochet, Emmanuel Vincent (1796-1877)

Financier et promoteur suisse qui fit toute sa carrière en France (naturalisé en 1834) ; chef de la comptabilité des Canaux de Paris puis secrétaire général de la Compagnie des Fonderies et forges d’Alais ; co-fondateur et directeur, avec l’industriel Louis-Antoine Pauwels, de la Compagnie parisienne d’éclairage par le gaz (1837) installée rue Lafayette 3 (Cambon 1841, p. 398) dont l’usine se situe 27 route de Choisy à Ivry ; administrateur des compagnies de chemin de fer Paris-Strasbourg (1845-1857) et de l’Ouest-Suisse, du Comptoir d’escompte Paris 8e (Dictionnaire historique de la Suisse, 4, Bâle, 2004 ; Williot, p. 287-296 ; Lambert-Dansette, p. 27-28). Voir aussi : Pauwels.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 184 verso.

Dubois

Beau-père de Barrot.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 66.

Dubois (Madame)

Belle-mère de Barrot.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 176 verso, 178 verso.

Dubourjal

Autre(s) forme(s) du nom : Dubourgeal

309 rue Saint Jacques / Dubourjal père et fils / Entreprise de plomberie, zinc et couverture / Se charge de tous les travaux / de réparation et d’entretien / Eau et gaz / Chaudronneries / Plomberie d’art [...] (, p. 71 (carte de visite)). Entrepreneur de couverture en zinc et plomberie, boulevard Saint-Denis 6, vient d’obtenir un brevet d’invention pour un nouveau genre de couverture en ardoises de zinc et Dubourjal, zinc, rue Saint-Laurent 93, Belleville (Sageret 1841, rubrique Plombiers p. 166, rubrique Ferblantiers zincleurs, p. 453).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 108, 110 verso, 122 verso, 124, 124 verso, 150 verso, 157, 157 verso, 159 verso, 160 verso, 179, 185.

Duc, Joseph Louis (1802-1879)

https://www.idref.fr/029715113

Architecte élève de Châtillon et Percier aux Beaux-arts, grand prix de Rome (1825-1831) ; architecte de la Colonne de juillet qu’il redessine et achève après la mort d’Alavoine (1834-1840), du palais de Justice (1840), de la Cour de cassation (1861) ; responsable avec Labrouste des funérailles des victimes de juin (1848) ; chef de la deuxième division des travaux publics de la ville de Paris, section des collèges (1859) ; inspecteur général des édifices diocésains (1864) ; membre honoraire (1858-1861) puis titulaire du Conseil des bâtiments civils ; successeur de Gisors à l’Académie des beaux-arts (1866) (Bellier 1882 ; Vapereau 1880 ; Bauchal ; DBF). Architecte du Palais de justice, rue du Marché-Saint-Honoré 4 (Annuaire 1845-1846, "Liste des membres de la Société centrale", p. 313 ; Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 120.

Dufaure, Jules Armand Stanislas (1798-1881)

https://www.idref.fr/104076143

Avocat, bâtonnier (1830) et homme politique ; élu à plusieurs reprises député de Charente-Inférieure à partir de 1834 ; sept fois ministre sous cinq chefs d’État différents (1839-1876), titulaire notamment du portefeuille de l’Intérieur entre le 13 octobre et le 20 décembre 1848, puis entre le 2 juin et le 31 octobre 1849 ; orateur parlementaire, élu à l’Académie française en 1863 (Vapereau 1880 ; DBF ; Dict. des ministres). Rue Lepelletier n° 18 (Almanach 1843, p. 102).

Cité(e) dans les notes de l'édition du Journal des travaux au(x) folio(s) : 161 verso.

Dulac

Commis du plombier Renaudot.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 170 verso.

Dumas de Culture, Charles-Émile (1819-1865)

Architecte élève des Beaux-Arts (promotion 1839), puis de Labrouste. Architecte de la Ville de Paris (Dugast-Parizet, n° 1750 ; Penanrun-Roux-Delaire, p. 249). Conducteur (1843) puis sous-inspecteur (1844) des travaux de la bibliothèque Sainte-Geneviève. Domicilié rue du Bac 38 (Annuaire 1845-1846, Liste des membres de la Société centrale, p. 313), rue de Seine 13 (Bellier 1861).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 10 verso, 22 verso, 24, 28, 40, 76, 82 verso, 85, 86, 97, 107, 110, 112, 152, 165 verso, 170, 170 verso, 182, 185.

Dumon, Pierre Sylvain (1797-1870)

https://www.idref.fr/125311443

Avocat, député du Lot-et-Garonne (1831) puis conseiller d’État ; ministre des Travaux publics (1843-1847), grand instigateur du développement des chemins de fer ; ministre de l’Instruction publique par intérim (30 décembre 1844 - 1er février 1845) ; ministre des Finances (1847-1848) ; membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1859) (Dezobry ; DBF ; Dict. des ministres). rue de la Ferme 30 (Almanach 1843, p. 102).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 11, 11 verso, 14 verso, 30 verso, 59 verso, 73 verso, 74, 78, 79 verso, 86, 89.

Cité(e) dans les notes de l'édition du Journal des travaux au(x) folio(s) : 15.

Dumont, Auguste Alexandre Augustin (1801-1884)

https://www.idref.fr/117727849

Fils de Jacques-Edme ; sculpteur formé aux Beaux-arts, élève de son père et de Cartellier, prix de Rome (1823) ; auteur, notamment, du Génie de la Liberté qui surmonte la Colonne de juillet à la Bastille et du buste d’Alexandre Labrouste destiné au collège Sainte-Barbe ; membre de l’Institut (1838) ; collaborateur de Duban au Louvre ; professeur aux Beaux-arts (1852) (Bellier 1882 ; Vapereau 1880 ; Dezobry ; DBF ; Bénézit ; Duban). Rue Saint-Guillaume 27 (Annuaire 1845-1846, p. 275) ; ... de l’Institut, rue de l’Ouest 32 (Sageret 1841, p. 180).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 136, 159 verso.

Dupé

Démolisseur ?

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 24.

Dupin, François Pierre Charles (1784-1873 ; baron)

https://www.idref.fr/030253284

Polytechnicien spécialisé en construction mécanique et géométrie, très actif dans le secteur de la Marine ; professeur au Conservatoire des arts et métiers ; plusieurs fois député, pair de France, conseiller d’État, membre du conseil d’Amirauté, du jury central pour l’Exposition de l’industrie. Membre de l’Académie des sciences, section de mécanique (1818) et de l’Académie des sciences morales et politiques (1832) (DBF ; Sageret 1841, p. 323).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 151 verso.

Dupin

Fonctionnaire de la division des Bâtiments civils au ministère des Travaux publics ? L’Almanach dans ses éditions successives ne mentionne aucun fonctionnaire de ce nom dans cette administration. Il évoque par contre, à la préfecture de la Seine, un certain « Rapin » domicilié 25 rue de Bretagne et travaillant effectivement aux côtés de Guillemot en tant que commissaire-vérificateur extraordinaire à la préfecture de la Seine (Almanach 1843, p. 827). Erreur de Labrouste ?

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 80.

Duquesney, François Alexandre (1790-1849)

Élève de Perdereau et Percier aux Beaux-arts ; inspecteur des travaux de restauration de la Sorbonne (1825) ; architecte des bâtiments civils : architecte de l’École des mines (1840-1852) et de la gare de l’Est (Embarcadère de Strasbourg, 1847-1849) (Brault ; Bellier 1882 ; Dezobry ; DBF). Architecte du gouvernement, rue de Babylone 1 (Sageret 1841, p. 9 ; Annuaire 1845-1846, Liste des membres de la Société centrale, p. 315).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 167.

Duquil

Sculpteur ornemaniste.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 133.

Durand, Hippolyte Louis (1809-1881)

Élève de Vaudoyer et Lebas aux Beaux-arts ; devenu en 1841 membre correspondant du Comité des arts et monuments au ministère de l’Instruction publique ; architecte diocésain de Bayonne (1848) puis Auch (1852), il se spécialisa dans l’architecture néo-gothique ; architecte du théâtre de Moulins en 1852 (DBF ; RAD). Préfecture du département de la Seine, [...] Travaux d’architecture [...] Établissements municipaux d’instruction publique : M. Durand, architecte, rue Saint-Louis n° 10 au Marais (Almanach 1843, p. 840). Auditeur au Conseil des bâtiments civils (ibidem, p. 184). Architecte du gouvernement, rue de La Rochefoucauld 16 (Annuaire 1845-1846, Liste des membres de la Société centrale, p. 315) ; architecte-géomètre (ibidem, Liste des architectes-experts commis le plus ordinairement par les tribunaux dans le ressort de la Cour royale de Paris, p. 327).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 33 verso, 34.

Durand

Commis de Roussel.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 100, 100 verso, 106, 111, 115 verso, 121.

Du Tillet, Gabriel (17??-18??)

Avocat aux conseils du roi, administrateur des Messageries nationales (1809-1826). Il confie en 1843 à Labrouste l’entretien et l’aménagement de son hôtel particulier sis au 20, rue de l’Université. Voir les Archives de l’Académie d’architecture, Fonds Henri Labrouste, D. 1976, 108-114.

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 101.

Duvoir, Léon

Léon Duvoir Leblanc, fabriquant breveté d’appareil hydropyrotechniques pour le chauffage et la ventilation des églises, palais, tribunaux, prisons, hospices, collèges, théâtres, écoles, etc., […] 38 rue Notre-Dame-des-Champs (en-tête de lettre, BSG ms. 3918). L’Exposition de 1839 attribuait conjointement le bronze à M. Léon Duvoir, de Melun [pour un cuvier à lessive]. Nous savons de plus qu’un calorifère à circulation d’eau et plusieurs autres ustensiles destinés au chauffage fonctionnent très bien ; qu’enfin l’auteur est fréquemment consulté, dans la ville, pour ses connaissances pratiques en pyrotechnie. (ibid., p. 503). Ci-devant à Melun, inventeur breveté des calorifères hydro-pyrotechniques établis dans le palais du quai d’Orsay, dans différents ministères et autres administrations du gouvernement ; de fourneaux économiques et hydrauliques ; d’appareils pour serres chaudes, le blanchissage du linge et du lin ; ateliers et domicile, rue N. D. des Champs 24 ; voir, au chapitre des produits de l’industrie, pour les renseignements sur ces divers articles, le rapport de la commission de l’Académie de l’industrie. (Sageret 1841, p. 170). L’Exposition 1844, section Chauffage des grands édifices, indique que M. [Léon] Duvoir-Leblanc à Paris, rue Notre-Dame des Champs n° 24 [sic] a établi depuis peu d’années dans les édifices de l’État les plus grands systèmes de chauffage qui aient peut-être été entrepris. Il a été successivement appelé à poser ses appareils pour chauffer […] le palais du Quai d’Orsay, l’église de la Madeleine, l’institution des Jeunes-Aveugles, la Préfecture de police, les bâtiments de Charenton et le palais du Luxembourg. […] M. Duvoir-Leblanc a adopté le système à circulation d’eau imaginé autrefois par M. Bonnemain. […] Ses appareils sont aujourd’hui portés à un tel degré de perfection que dans le plus vaste édifice on peut, avec une grande économie de combustible, non seulement établir partout le chauffage et la ventilation ; mais, ce qui était peut-être plus difficile, on peut à volonté l’établir à des degrés différents dans les diverses parties de l’édifice. (Exposition 1844, Rapport général p. 928-929 : médaille d’or). Le rapport de 1849 complète la liste précédente par l’hospice Beaujon, l’Emb[arcadère] du Nord, la Chamb[re] de pol[ice] cor[rectionnelle], la Prison id[em], l’égl[ise] de la Madeleine, […], le Conservatoire des arts et métiers, […], les grandes serres du Museum d’histoire naturelle, […] la mairie du douzième arrondissement. […]. M. Léon Duvoir s’est élevé en un petit nombre d’années du rang de simple ouvrier à celui d’entrepreneur, dirigeant de grands et utiles travaux dont la valeur dépasse, année moyenne, 400 000 F. (Exposition 1849, II, 795-797 : médaille d’or). A. Trébuchet (Rapport général..., p. 40-41) évoque les appareils Duvoir-Leblanc et Grouvelle, généralement appliqués aujourd’hui dans tous les édifices publics et même dans quelque maisons particulières d’une grande importance. Ces appareils servent [...] au chauffage et à la ventilation à la fois. Daumas (I, p. 95) fait remonter à 1837 l’implantation parisienne. Les installations de Léon Duvoir-Leblanc au Conservatoire des arts et métiers et à l’Institut sont présentées et analysées par Claudel (Tables, 1857, p. 447-450) et Péclet (Nouveaux documents relatifs au chauffage et à la ventilation des établissements publics, Paris, Hachette, 1853).
Les sources consultées évoquent sous le même patronyme un autre entrepreneur de chauffage : René Duvoir. Médaille d’argent à M. [René] Duvoir, constructeur d’appareils pyrotechniques, rue Coquenard 11 à Paris [pour un] ingénieux appareil à lessivage du linge. […] M. Duvoir s’occupe, depuis longtemps, des appareils de chauffage : il a graduellement augmenté ses ateliers de construction ; des fournitures considérables ont récompensé ses efforts : plus de trois cents calorifères ont été établis par lui dans de grandes habitations et des usines… (Exposition 1839, II, p. 499). L'Exposition de 1844 distingue M. Duvoir René à Paris, rue Neuve-Coquenard 11 pour ses calorifères et fourneaux de cuisine (Exposition 1844, Rapport général p. 931-932). Celle de 1849 indique que René Duvoir et Cie, rue Coquenard n° 11, chauffe désormais nombre de bâtiments publics en province comme à Paris, parmi lesquels le museum du Havre, le Jockey-Club de Paris, les Archives de la guerre, enfin l’École polytechnique. (Exposition 1849, II, p. 797-798).

Cité(e) dans le Journal des travaux au(x) folio(s) : 4 verso, 133, 151 verso, 152, 154 verso, 155, 157 verso, 158, 162, 162 verso, 163, 164, 164 verso, 165 verso, 170, 170 verso, 174 verso, 189 verso.