logotype de la bibliothèque Sainte-Geneviève

Bibliothèque virtuelle Henri Labrouste

4.
Avril 1850

1er avrilLes peintres ne travaillent pas. À la fin de la journée le doreur est venu appliquer la mixtion sur les tables à droite et à gauche du grand tableau de L’École d’Athènes. Les serruriers ne travaillent pas, il n’y a que les stucateurs et Lafage le tailleur de pierre qui commence les moulures dans le bandeau de l’escalier au-dessus des banquettes. À midi M. Desgoffe1 est venu et me conseille d’appliquer sur le tableau de L’École d’Athènes un vernis à la cire ; nous avons parlé des peintures du vestibule et ce soir je lui ai porté le calque du vestibule et deux petites études de peintures antiques.
2 avrilLe matin on a doré les deux tables à droite et à gauche de L’École d’Athènes. Il n’y a qu’un peintre de décors.
3 avrilOn continue la décoration de l’escalier et la peinture des grilles à l’intérieur de la salle. On a commencé ce matin les stucs sur les petites colonnes des angles de la grande salle. Il n’y a qu’un seul ouvrier après.
4 avrilOn continue comme les jours précédents. Il y a toujours un stucateur aux colonnes. Les parties rouges sont terminées à une colonne. M. Haro marchand de couleurs et toiles de peintres est venu à ma demande pour s’entendre avec moi au sujet du vernis de L’École d’Athènes ; il doit le commencer la semaine prochaine.
5 avrilOn a continué comme hier ; les peintures de décors sont terminées dans la partie supérieure de l’escalier, à 2 h on commence à déchafauder ; cette opération faite avec soin a été terminée à 6 h. M. Chabert a envoyé des chaises2.
6 avrilL’échafaud supérieur de l’escalier est entièrement démonté ; on a enlevé les gravois. J’ai vu à mon bureau M. Desgoffe au sujet des peintures du vestibule ; j’ai vu ses esquisses, il demande 300 F ; par panneau pour les 8 : 2 400 F.
7 avrilDimanche. On ne travaille pas. Je suis venu un instant.

1. BSG ms. 4273 (36) : [notamment] élévation sur deux travées d’un des murs de refend du vestibule portant esquisse des feuillages à peindre au-dessus des bustes d’auteurs célèbres, mention « Pavillon de l’ouest à l’Institut de M. Desgoffe », 1849 ; BSG ms. 3939, p. 11 :  ... Le jardin qu’on aurait aimé à traverser pour arriver au monument, l’architecte l’a fait peindre sur les murs du vestibule, seul intermédiaire entre la place publique et la Bibliothèque... 

2.  Faites de chêne et couvertes en canne, elles ont au-dessous du siège une traverse en cuivre. Leur centre de gravité étant d’ailleurs placé très bas, il est très difficile de les renverser . Henri Trianon, « La nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève », dans L’Illustration, XVII, 10-17 janvier 1851, p. 29-30.