logotype de la bibliothèque Sainte-Geneviève

Bibliothèque virtuelle Henri Labrouste

12.
Décembre 1848

1er décembreOn a continué ; la maison d’administration est presque couverte ; on continue le ravalement du vestibule et de quelques parties de sculpture extérieure ; les sculpteurs ont terminé à l’exception d’un seul. On continue la pose des plaques en fonte sur la façade.
2 décembreLe graveur des lettres sur la façade vient pour corriger quelques erreurs signalées par M. Pinçon de la bibliothèque. La pose des plaques en fonte est terminée sur les trois faces au levant au midi et au couchant. M. Hurel  envoie la dernière livraison des terres cuites pour le chéneau. M. Hittorff1, son fils et ses inspecteurs de la mairie du XIIe arrondissement viennent visiter les travaux.
3 décembreDimanche. On continue ; je viens au bureau ; j’y reste toute la journée pour terminer les écritures relatives au mois dernier et aux mémoires que j’adresse au ministère.
4 décembreLe matin M. Violet a eu des difficultés avec les tailleurs de pierre et en a congédié un grand nombre ; entre autres Alexandre le chef des tailleurs de pierre.
5 décembreOn continue quoiqu’il y ait moins de monde. Je vois MM. Violet père et fils. On rectifie le nivellement avec un employé envoyé par l’ingénieur du pavé. L’opération est trouvée juste.
6 décembreOn continue comme les jours précédents ; on se dispose à faire les plâtres du vestibule et on reprend le chéneau au nord vers la rue des Sept-Voies où il reste à poser 10 à 12 morceaux.
7 décembreOn continue ; Alexandre le chef des tailleurs de pierre  a repris son travail ; on me signale une tentative de vol des plombs de la maison d’administration.

1. Jacques Hittorff construisait alors la mairie du douzième - actuel cinquième - arrondissement (1844-1850) sur les plans de Soufflot, qui avait initialement prévu d’y installer la faculté de médecine : suivant un traité en date du 2 juillet 1844 entre l’État et la Ville de Paris, la construction devait présenter une façade symétrique à celle de l’École de droit. Évocation de ce chantier dans M. Nadaud, Léonard maçon de la Creuse, Clermont-Ferrand, Éd. De Borée, 1998, p. 210-214 et 239-240).